LA PRÉSIDENTE DU JURY : ISABELLE HUPPERT

LA PRÉSIDENTE DU JURY : ISABELLE HUPPERT

Comédienne , France

Citation

“Choisir, ce n’est pas seulement renoncer, mais c’est surtout s’engager… Mieux vaut que ce soit dans la bonne voie.”

Présentation

“Effrayant, le métier d’acteur, d’actrice… Intime et distante, Isabelle Huppert, intelligente, froide, brûlante, prête à tout pour jouer. Se donnant aux autres et absente en même temps, solitaire et multiple. C’est le cas de toutes les actrices, me dira-t-on, mais il y a chez Isabelle quelque chose comme une avidité fatale et assumée. Tragique ? Peut-être : l’avidité comme le destin. Elle est là, telle qu’on la connaît, prête à tous les risques, intrépide, avec son acharnement à être toujours présente à l’esprit des gens. Encore et encore.

Se souvenir peut-être de cet acteur de l’Antiquité romaine – celle de Sénèque et des grands tragiques – qui ramenait sur scène tous les jours, nous dit-on, l’urne contenant les cendres de son fils pour pouvoir trouver l’émotion. Quelles cendres Isabelle ramène-t-elle tous les jours avec elle, encore et encore ? Ces cendres à la fois brûlantes et calmes qu’elle semble ranimer, très doucement, avec une froideur qui sidère ? Isabelle traverse les flammes en donnant l’impression de ne pas savoir que ce sont des flammes, elle ne s’y brûle pas comme le phénix, non, elle a l’air d’en sortir comme régénérée et transformée. Transformée : Isabelle peut être tout et partout. Don d’ubiquité inquiétant. Car quiconque la connaît un peu sent bien qu’il y a là quelque chose qui dévore et se dévore lui-même, un narcissisme conscient et assumé, et qui fascine, comme on le disait du regard de la divinité dont on savait qu’il ne fallait pas la regarder en face. Mais il faut regarder Isabelle, bien en face : d’abord parce que ça n’est pas pour lui déplaire, mais aussi parce qu’il arrive qu’on y voie une autre Isabelle, plus fragile et qu’on peut déstabiliser. […] Qu’est-ce qui fait que quelqu’un qui travaille tout le temps a peur de ne pas travailler ? Peut-être quelque chose comme une insatisfaction – permanente ? –, quelque chose qui ressemblerait à un accomplissement, épuisant, au bord de l’inaccomplissement, un accomplissement à blanc, de ceux qui rendent exsangues et épuisent. C’est en cela qu’elle m’est chère et qu’elle m’est proche. Un jour, après le film que nous avons fait ensemble, je lui ai dit qu’elle ressemblait à Garbo : ça ne l’a pas étonnée du tout, ça lui convenait même, à ma grande surprise, tout à fait. Oui, elle est bien cela, elle aussi, un ouragan dans l’absence : ‘Taire ce qu’on est par peur de se perdre [...], s’absenter dans des images – de soi’, comme elle l’a écrit autrefois ? Isabelle est un gouffre autour duquel elle nous laisse écrire :

Isabelle Huppert ou le gouffre comme page blanche. Bien sûr, on ne fait pas le tour, si j’ose dire, d’une actrice en un seul film, on en devine juste les contours, les failles, quelques précipices, une topographie, des vallées obscures. […] Et pour un metteur en scène comme moi, il y a du vertige à contempler ces mille manifestations d’un moi multiple, carnivore et irréductible. […] Être actrice, jouer, c’est bien se soumettre à un destin.”

                    (Patrice Chéreau, en introduction à l’ouvrage présentant 100 photographies de la comédienne Isabelle Huppert : La Femme aux portraits, éditions du Seuil, 2005)

Filmographie sélective

FAUSTINE AND THE BEAUTIFUL SUMMER (Faustine et le bel été) Nina Companeez
CESAR & ROSALIE (César et Rosalie) Claude Sautet
GOING PLACES (Les Valseuses) Bertrand Blier
THE COMMON MAN (Dupont Lajoie) Yves Boisset
ROSEBUD Otto Preminger
ALOÏSE Liliane de Kermadec
THE BIG DELIRIUM (Le Grand Délire) Dennis Berry
DOCTEUR FRANCOISE GAILLAND Jean-Louis Bertuccelli
I AM PIERRE RIVIERE (Je suis Pierre Rivière) Christine Lipinska
LITTLE MARCEL (Le Petit Marcel) Jacques Fansten
THE JUDGE AND THE ASSASSIN (Le Juge et l’Assassin) Bertrand Tavernier
THE LACEMAKER (La Dentellière) Claude Goretta
THE INDIANS ARE STILL FAR AWAY (Les Indiens sont encore loin) Patricia Moraz
VIOLETTE (Violette Nozière) Claude Chabrol
Prix d’Interprétation féminine à Cannes/Cannes Award for Best Actress
RETURN TO THE BELOVED (Retour à la bien-aimée) Jean-François Adam
THE BRONTE SISTERS (Les Sœurs Brontë) André Téchiné
LOULOU Maurice Pialat
EVERY MAN FOR HIMSELF (Sauve qui peut (la vie)) Jean-Luc Godard
THE INHERITANCE (Les Héritières) Marta Meszaros
HEAVEN’S GATE (La Porte du paradis) Michael Cimino
LADY OF THE CAMELLIAS (La Dame aux camélias) Mauro Bolognini
THE WINGS OF THE DOVE (Les Ailes de la colombe) Benoit Jacquot
COUP DE TORCHON Bertrand Tavernier
EAUX PROFONDES Michel Deville
PASSION Jean-Luc Godard
THE TROUT (La Truite) Joseph Losey
COUP DE FOUDRE Diane Kurys
THE STORY OF PIERA (L’Histoire de Pierra) Marco Ferreri
MY BEST FRIEND’S GIRL (La Femme de mon pote) Bertrand Blier
LA GARCE Christine Pascal
SINCERELY CHARLOTTE (Signé Charlotte) Caroline Huppert
SAC DE NŒUDS Josiane Balasko
CACTUS Paul Cox
MILAN NOIR Ronald Chammah
THE BEDROOM WINDOW (Faux Témoin) Curtis Hanson
LES POSSÉDÉS Andrzej Wajda
STORY OF WOMEN (Une affaire de femmes) Claude Chabrol
MIGRATIONS Alexandar Petrovic
LA VENGEANCE D’UNE FEMME Jacques Doillon
MALINA Werner Schroeter
MADAME BOVARY Claude Chabrol
LOVE AFTER LOVE (Après l’amour) Diane Kurys
AMATEUR Hal Hartley
LA SÉPARATION Christian Vincent
LA CÉRÉMONIE Claude Chabrol
César de la Meilleure Actrice/César Award for Best Actress
ELECTIVE AFFINITIES (Les Affinités électives) Paolo & Vittorio Taviani
LES PALMES DE MONSIEUR SCHUTZ Claude Pinoteau
THE SWINDLE (Rien ne va plus) Claude Chabrol
THE SCHOOL OF FLESH (L’École de la chair) Benoit Jacquot
KEEP IT QUIET (Pas de scandale) Benoit Jacquot
MODERN LIFE (La Vie moderne) Laurence Ferreira Barbosa
THE FALSE SERVANT (La Fausse Suivante) Benoit Jacquot
THE KING’S DAUGHTERS (Saint-Cyr) Patricia Mazuy
LES DESTINÉES SENTIMENTALES Olivier Assayas
MERCI POUR LE CHOCOLAT Claude Chabrol
COMEDY OF INNOCENCE (La Comédie de l’innocence) Raoul Ruiz
THE PIANO TEACHER (La Pianiste) Michael Haneke
Prix d’Interprétation féminine à Cannes/Cannes Award for Best Actress
8 WOMEN (8 Femmes) François Ozon
TWO (Deux) Werner Schroeter
GHOST RIVER (La Vie promise) Olivier Dahan
TIME OF THE WOLF (Le Temps du loup) Michael Haneke
MY MOTHER (Ma mère) Christophe Honoré
I HEART HUCKABEES (J’adore Huckabees) David O’Russell
ME AND MY SISTER (Les Sœurs fâchées) Alexandra Leclère
GABRIELLE Patrice Chéreau
COMEDY OF POWER (L’Ivresse du pouvoir) Claude Chabrol
PRIVATE PROPERTY (Nue propriété) Joachim Lafosse
MEDEA MIRACLE (Médée miracle) Tonino De Bernardi
HIDDEN LOVE (L’Amour caché) Alessandro Capone
WHITE MATERIAL Claire Denis
HOME Ursula Meier
THE SEA WALL (Un barrage contre le Pacifique) Rithy Panh
VILLA AMALIA Benoit Jacquot
COPACABANA Marc Fitoussi
SPECIAL TREATMENT (Sans queue ni tête) Jeanne Labrune
MY LITTLE PRINCESS Eva Ionesco
MY WORST NIGHTMARE (Mon pire cauchemar) Anne Fontaine
CAPTIVE Brillante Ma. Mendoza
IN ANOTHER COUNTRY Hong Sang-soo
LOVE (Amour) Michael Haneke
DORMANT BEAUTY (La Belle Endormie) Marco Bellocchio
THE NUN (La Religieuse) Guillaume Nicloux
DEAD MAN DOWN Niels Arden Oplev
TIP TOP Serge Bozon
ABUSE OF WEAKNESS (Abus de faiblesse) Catherine Breillat
PARIS FOLLIES (La Ritournelle) Marc Fitoussi