FATIH AKIN

FATIH AKIN

Réalisateur, scénariste & producteur, Allemagne – Turquie

Citation

Avec mon frère, on voyait surtout des films d’action des années 1980. Je n’ai pas grandi avec Godard et Truffaut, je suis un enfant de la télé.

Présentation

Fatih Akin s’est toujours rêvé cinéaste. C’est venu, enfant, d’un cousin heureux propriétaire d’un projecteur Super 8 et d’une unique pellicule, La Fureur de vaincre (avec Bruce Lee). […] La famille habite dans une banlieue de Hambourg, un quartier ouvrier d’immigrés turcs et yougoslaves. C’est d’abord le père, pêcheur à Trabzon, sur la mer Noire, qui arrive en Allemagne en 1966. Il a 22 ans, trouve du travail dans une usine de savons. "Il pensait y rester deux ans le temps de gagner de quoi s’acheter un bateau à moteur en Turquie. Il n’est jamais reparti." La mère, une professeure stambouliote, sera dix ans femme de ménage à Hambourg avant de devenir institutrice. Chaque été, la famille passe les vacances en Turquie. À la sortie de son école d’art à Hambourg, le poulain trace droit sa route. Des scénarios, des courts métrages, un premier long. Il fait aussi barman et DJ, écume le Hambourg underground, les salles de boxe et d’arts martiaux. Il se débrouille encore pas mal comme ambianceur sur les tournages, aux dires de Tahar Rahim, l’acteur français qui joue le héros de The Cut : "Ce mec, c’est une rock star ! Sur le plateau, c’est le capitaine, le coach, le DJ. Il aborde le métier comme un boxeur, chaque jour, c’est un nouveau round. Il est à la fois humble et supervivant." Le tournant est venu avec Head-On, Ours d’or au Festival de Berlin 2004. De petit immigré qui en veut, il passe enfant prodige du cinéma allemand contemporain, fougueuse incarnation d’un multiculturalisme réussi. Lui, en saute-frontières, laisse au vestiaire la question de l’identité, ne se connaît qu’une seule nationalité, pas trop regardante sur l’état civil : le cinéma. Imperméable au syndrome du "ni d’ici ni de là-bas", il choisit goulûment les deux : ici et là-bas.

[…] Il parle l’allemand à ses deux enfants de deux et neuf ans, langue qu’il maîtrise mieux que le turc. Leur mère, réalisatrice de documentaires, est mexicano-allemande. Cinéphile vorace, Fatih Akin regarde de tout, tout le temps. Des films chinois, coréens, roumains, mexicains. Côté français, il admire Jacques Audiard, Leos Carax, Kassovitz première époque. "Dans les dix films que j’emporterais sur une île déserte, il y aurait La Haine." Mais son seul vrai père de cinéma, celui qu’il met tout là-haut, c’est Scorsese. "Pas seulement pour sa manière de filmer, mais aussi pour sa manière d’appréhender au cinéma son statut d’immigré italien dans une grande ville, le choc entre l’Ancien et le Nouveau Monde." Fatih Akin ne sera jamais Bruce Lee, tenons ça pour acquis. [À 7 ans, il voulait être Bruce Lee "pour me battre comme lui et pour faire des films comme lui."]. Mais il continue à faire des films. Il écrit le scénario d’une histoire d’amour à Berlin. Dans l’Allemagne d’aujourd’hui, celle qu’il aime, celle qu’il connaît le mieux.

(Cordélia Bonal, Next, 13 janvier 2015)

Filmographie sélective

Réalisateur & scénariste

1995    SENSIN, YOU’RE THE ONE! (Sensin, du bist es !) – court métrage

1996    WEED (Getürkt) – court métrage

1998    SHORT SHARP SHOCK (L'Engrenage – Kurz und Schmerzlos)

2000    IN JULY (Julie en juillet – Im Juli)

2001    WE FORGOT TO GO BACK (Wir haben vergessen zurückzukehren) – doc

2002    SOLINO

2004    Head-on (Gegen die Wand) * – Ours d’or/Golden Bear Berlinale 2004

Visions of Europe – segment THE EVIL OLD SONGS (Die alten Bösen Lieder) *

2005    Crossing the bridge: The sound of Istanbul – doc *

2007    THE EDGE OF HEAVEN (De l'autre côté – Auf der anderen Seite) * – Prix du Scénario/Best Screenplay Festival de Cannes 2007

2008    New York, I Love You – collectif

GERMANY 09 (Deutschland 09) – segment BEING MURAT KURNAZ (Der Name Murat Kurnaz)

2009    Soul Kitchen * – Prix spécial du Jury Venise 2009

2012    Polluting Paradise (Müll im Garten Eden) – doc *

2014    The Cut (La Blessure) *

* également producteur

Producteur 

2006    TAKVA – A MAN’S FEAR OF GOD Özer Kiziltan

UOMINI D’ONORE Francesco Sbano – doc

2008    CHIKO Özgür Yildirim

2009    Min DIT (The Children of Diyarbakir) Miraz Bezar

2011    UFO IN HER EYES (Un ovni dans les yeux) Xiaolu Guo

BLUTZBRÜDAZ Özgür Yildirim

2012    FRAKTUS Lars Jessen

2013    MAMA COCA Suzan Sekerci – doc

MAMAROSH Momcilo M