Actualité du

L’invité du jour, Paul Verhoeven

PAUL-VERHOEVEN

L'homme de tous les extrêmes

Il inaugure les Masterclasses 2016 et reçoit ce soir un hommage en présence d'Isabelle Huppert.

Un réalisateur néerlandais aux films fortement teintés d’érotisme et de violence (Turkish Delices, le Quatrième homme) qui fait carrière à Hollywood en réalisant des blockbusters à double ou triple lecture puis traverse l’Atlantique pour réaliser Elle, un polar transgressif, porté par une Isabelle Huppert au sommet de son art ? Voilà Paul Verhoeven en quelques lignes. Le cinéaste est souvent décrit par les critiques de cinéma comme un « flibustier », un « contrebandier » qui aurait rejoint Hollywood pour mieux instiller dans ses films à grand budget (RoboCop, Total Recall, Basic Instinct, Showgirls, Starship Troopers) des éléments subversifs, critiques voilées, pistes de réflexion, pointes d’humour noir… le tout teinté d’un peu d’amoralité. Une réputation qui semble l’amuser.

Interrogé en mai dernier par le quotidien français Libération alors que Elle est présenté en compétition dans la sélection officielle du Festival de Cannes, il botte en touche : «On fait des films pour communiquer, toucher un public, pas pour le malmener. Mais bon, disons que ça ne me gêne pas de déranger.»
« Dérangeant » c’est ainsi que certains qualifient Elle, adaptation d’un roman (Oh…) de Philippe Djian. Dans ce thriller, Isabelle Huppert interprète Michèle, une femme forte qui se fait brutalement violer un soir chez elle par un inconnu, et qui décide de le traquer. Une héroïne ambiguë, une femme fatale et fascinante, et un rôle qui a valu il y a quelques jours à son interprète le prix de la meilleure actrice aux Gotham Awards à New York, ce qui augurerait peut-être d’une nomination aux Oscars… mais une histoire trop chargée de violence, d’érotisme et d’amoralité pour être produite aux Etats-Unis.

Qu’à cela ne tienne, le cinéaste de 78 ans, francophone, a surmonté son « angoisse » pour « repartir à zéro : "j’ai dit oui à un film que j’allais tourner avec une équipe totalement neuve, dans un pays où je n’avais jamais tourné, et dans une langue étrangère ". Finalement, et malgré ses dénégations, Paul Verhoeven est-il vraiment un pirate dans le monde du cinéma?