Hommage à une cinématographie

HOMMAGE AU CINÉMA RUSSE

Dans le cadre de sa seizième édition, le Festival International du Film de Marrakech est heureux de rendre hommage au cinéma russe, l’un des plus riches et prolifiques du cinéma en Europe.
Du Royaume-Uni au Japon, en passant par la Scandinavie ou le Canada l’an dernier, le Festival international du film de Marrakech a toujours souhaité mettre en valeur les cinématographies afin de réinscrire les nouvelles oeuvres dans le contexte qui les a vues naître. Cette année, la Russie sera donc à l’honneur, le cinéma russe – pré-révolutionnaire, soviétique ou d’après la Perestroïka –étant l’un des acteurs majeurs de la cinématographie mondiale depuis ses tout débuts.

Si, durant les vingt-cinq dernières années, le cinéma russe se redéfinit, des grandes œuvres ont cependant vu le jour, de nouveaux noms sont venus succéder aux grands classiques et les grands festivals sont toujours à l’affût de ceux qui demain prendront le relais des réalisateurs auxquels Marrakech rendra hommage.

De Sergueï Eisenstein et son Cuirassé Potemkine au Leviathan Andreï Zviaguintsev, le festival balaiera quatre-vingts ans d’une cinématographie qui a alterné les genres : la Grande Histoire (Ivan le Terrible de Sergueï Eisenstein, Andreï Roublev d’Andreï Tarkovski, Sibériade d’Andrei Konchalovsky, L’Arche russe d’Alexandre Sokourov), les guerres et leurs traumatismes (Quand passent les cigognes de Mikhaïl Kalatozov, Le Quarante-et-unième de Grigori Tchoukhraï, Le Frère d’Alexeï Balabanov, Le Prisonnier du Caucase de Sergueï Bodrov), les comédies (La Voie radieuse de Grigori Alexandrov, Les Zazous de Valeri Todorovski), les problèmes sociaux (J’ai vingt ans de Marlen Khoutsiev, La Petite Vera de Vassili Pitchoul, Bouge pas meurs et ressuscite de Vitali Kanevski, Taxi Blues de Pavel Lounguine, L’Idiot ! de Iouri Bykov), la remise en question (Le Thème de Gleb Panfilov, Le Sacrifice d’Andreï Tarkovski)… et même l’amour (De l’amour d’Anna Melikian) !

Le festival de Marrakech a déjà décerné deux Grands Prix à des films russes (Champ sauvage de Mikhaïl Kalatozichvili, 2008 ; Classe à part d’Ivan Tverdovski, 2014), rendu hommage à Andrei Konchalovsky, invité Pavel Lounguine au jury, sans compter les nombreuses œuvres qui ont émaillé les sélections de cet événement. Il était naturel que l’hommage soit donc rendu à la cinématographie entière : 30 films accompagnés d’une délégation de 30 invités (metteurs en scène, acteurs et actrices, chefs-opérateurs, scénaristes, institutionnels, producteurs…) que présidera le metteur en scène et président de Mosfilm, Karen Chakhnazarov.