Une initiative courageuse et visionnaire, une date dans l’histoire du cinéma marocain

À sa création en 2001 à l’initiative de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, et en dépit d’une conjoncture internationale maussade marquée par les événements du 11-Septembre à New York, le Maroc souhaite, dès le départ, imaginer son tout nouveau Festival autant comme une plate-forme prestigieuse entièrement dédiée au 7e art et à ses talents, que comme un pont interculturel entre les nations. C’est en ce sens que, sur une terre gorgée d’histoire, s’impose rapidement le choix de la ville de Marrakech – capitale des grandes dynasties marocaines depuis l’épopée des Almoravides et l’ouverture du Maroc sur le Maghreb et l’Andalousie, mais aussi métropole en pleine expansion bénéficiant des infrastructures nécessaires à l’accueil d’un nouvel événement à dimension internationale. Il est fait appel à d’éminentes personnalités du cinéma du Nord comme du Sud pour porter le projet d’un festival qui puisse répondre aux nouvelles ambitions que le Maroc affiche ainsi dans le domaine du cinéma et de l’audiovisuel. Le producteur français Daniel Toscan du Plantier, ami du royaume et de sa Cité ocre, tient alors à associer sa vision à celle des partenaires marocains, en acceptant de mener avec passion, enthousiasme et professionnalisme, l’équipe des responsables de la mise en chantier, dans différents lieux à travers la ville, d’une première édition du « Festival de Marrakech ». Figurent parmi les objectifs prioritaires de cette nouvelle manifestation, la mise en valeur d’œuvres cinématographiques de qualité – contribuant ainsi à l’évolution artistique du cinéma mondial –, le développement de l’industrie du film au Maroc et la promotion de l’image du Maroc à travers le monde.