Editorial



Editorial André Azoulay

     
                 
     
Le Maroc, tout au long de ces dernières années, a souvent pris l'initiative et parfois le risque de s'ouvrir au reste du monde, en associant son nom et son espace à des grands moments de l'histoire contemporaine.
Qu'il s'agisse de culture, d'économie ou de politique, notre parcours est riche de références, devenues de grandes dates, de grands succès parce que puissant dans notre patrimoine et dans notre histoire, la légitimité qui a fait la différence marocaine.

Cela est vrai aussi pour le cinéma dont la destinée a souvent croisé le Maroc. Dans l'écriture, la production, le scénario ou dans l'imaginaire des acteurs et des actrices dont la tendresse s'est rarement démentie, s'agissant du Maroc.

Le Festival de Marrakech s'apprête à écrire une nouvelle page de cette histoire qui se poursuit et cette page dont l'encre n'est pas prête de sécher, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a voulu qu'à Marrakech elle s'écrive à plusieurs mains et à plusieurs voix.

Les mains et voix de tous ceux qui ont fait le pari de l'échange, de la confrontation positive et l'enrichissement réciproque. C'est le parti pros de notre festival, car s'agissant de création cinématographique et donc du libre génie de la pensée et de l'art, rien n'est plus précieux que ce métissage voulu généreux et ouvert auquel Marrakech nous convie dans le bonheur et la magie de sa lumière.


 
  André Azoulay
Conseiller de Sa Majesté le Roi Mohammed VI