Editorial de SAR le Prince Moulay Rachid



Editorial de Son Altesse Royale
le Prince Moulay Rachid

     
     
Pour cette huitième édition du Festival International du  Film de Marrakech (FIFM), je voudrais insister sur le devoir que nous nous faisons à la Fondation du FIFM d’honorer la mémoire de ceux qui nous aident à construire l’avenir.
 

Et je voudrais dans ce sens et en laissant de côté l’extrême richesse de l’actuelle édition du FIFM, dire qu’il manquera cette année à la « scène » de Marrakech le regard chaleureux du grand comédien Hassan SQALLI , mais que  l’imaginaire de Marrakech sera plein d’un grand cinéaste, Youssef Chahine, qui nous a quitté lui aussi cette année et à qui, par amitié autant que par devoir de mémoire, nous rendons hommage à travers la projection de sept de ses plus beaux films, afin que le Cinquantenaire du cinéma marocain l’intègre  comme l’une de ses figures tutélaires.

Que vive donc ce 7ème Art qui nous permet chaque année à Marrakech de tâter le pouls de notre monde et de constater combien l’humanité d’aujourd’hui a besoin de construire et de regarder ensemble ses images et ses rêves.

 

Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid
Président de la Fondation du Festival
International du Film de Marrakech