EDITORIAL DE SON ALTESSE ROYALE



EDITORIAL DE SON ALTESSE ROYALE
LE PRINCE MOULAY RACHID

     



     
Cela fait maintenant dix ans qu'à l'initiative de S.M le Roi Mohammed VI, le Festival International du Film de Marrakech (FIFM) invite au Maroc l'esprit de la cinéphilie pour y provoquer les contacts les plus féconds et la réflexion la plus approfondie sur le 7éme art.
 
 

D'année en année s'est bâti un édifice que nous avons souhaité harmonieux et qui, aujourd'hui en ce dixième anniversaire, se présente à vous avec quelque fierté.

Car belle est, définitivement, notre section compétition avec ses découvertes et ses confirmations, comme l'est la composition de nos jurys ou la pertinence du choix annuel des cinématographies nationales honorées ou encore le riche éclectisme des personnalités hommagées sur scène  à chacune de nos dix sessions.

Belle encore est cette idée du FIFM de présenter des films internationaux et nationaux aux non-voyants et belles ces leçons de cinéma données par les noms emblématiques du cinéma mondial devant des amoureux transis du 7éme art venus à Marrakech de toutes les provinces du Royaume et parfois du bout du monde, les écouter avec ferveur.

Bel édifice est donc ce FIFM dont on pourrait égrener tel un kaléidoscope les images marquantes et les vives couleurs ….à l'infini.

Mais que cela ne nous empêche pas d'insister sur la petite nouveauté de cette année. L'idée en  est simple et arrive à point nommé. Le FIFM décide de s'impliquer dans l'accompagnement des jeunes talents de notre pays. C'est pourquoi nous sommes allés chercher dans les différentes écoles de cinéma et d'audiovisuel du Royaume les tout premiers essais de réalisateurs balbutiants afin de les faire concourir pour un prix qui permettra au meilleur d'entre eux d'entreprendre la réalisation, dans des  conditions professionnelles, d'un premier court-métrage.

Et ce n'est peut être pas un hasard si cette recherche d'un jeune talent par le FIFM   coïncide avec l'année où nous rendons hommage au cinéma français qui constitue, par excellence, l'enfance même du cinéma depuis qu'un train entrant dans la gare de la Ciotat a donné pour toujours le départ du spectacle cinématographique.

Puissions-nous cette année, pour notre dixième anniversaire, retrouver ensemble, en ce lieu magique qu'est la ville de Marrakech,  la magie des premières images du cinématographe.

Et puissions-nous aussi, portés par le mouvement ascendant du FIFM, continuer de relever le défi de faire émerger de nouveaux talents et d'offrir au monde l'image juste du Maroc d'aujourd'hui, la patrie des créateurs.

   
       
Son Altesse Royale le Prince Moulay Rachid
Président de la Fondation du Festival
International du Film de Marrakech